Reconversion professionnelle grâce à la formation

Au cours de votre vie active, de multiples raisons peuvent vous conduire à envisager une reconversion professionnelle. Cette démarche visant à changer de métier est de plus en plus répandue en France. Il faut dire que le contexte actuel est plutôt favorable au changement de carrière : nouvelle organisation au niveau des entreprises, réformes profondes du monde de la formation et aides de l’État pour les entrepreneurs. Pourquoi se reconvertir ? Comment faire une formation en vue d’un changement de métier ? Nous vous expliquons tout en détail. 

Quelles raisons pour un changement de carrière ? 

Les besoins d’une reconversion professionnelle peuvent être d’origines multiples : 

  • Lassitude au travail ; 
  • Perspectives d’évolution restreintes ; 
  • Envie de changer de métier pour réaliser un rêve ; 
  • Retrouver un emploi ; 
  • Concrétiser un projet professionnel ; 
  • Améliorer sa qualité de vie (s’éloigner de la vie urbaine, réduire les temps de transport pour aller travailler, etc.) ;
  • Changer de statut professionnel ; 
  • Donner un tournant favorable à sa carrière. 

Quoi qu’il en soit, la reconversion peut intervenir à n’importe quel moment d’une vie professionnelle. L’important est de suivre sa vocation quel que soit l’âge, et de réaliser son rêve. Elle doit être le fruit d’un processus réfléchi. Rationnaliser vos désirs en cohérence avec vos capacités et le marché du travail est primordial. Il ne s’agit pas de vous lancer tête baissée. 

Comment faire une formation de reconversion en étant salarié ? 

En France, plusieurs démarches de reconversion professionnelle sont possibles en fonction de votre situation et de vos droits.

Le CPF  Chaque personne active dispose d’un Compte Personnel de Formation et cumule des crédits en euros. Cela correspond à 500 € par an sans excéder la limite de 5 000 €. Débloquer des fonds CPF est une démarche entièrement personnelle. Vous pouvez viser tout centre de formation certifié Qualiopi afin de voir votre apprentissage financé. 

Le CPF de transition : Également appelé PTP (Projet de Transition Professionnelle), le CPF de transition est l’équivalent de l’ancien CIF (Congé Individuel de Formation). Ce dispositif permet au salarié de quitter son poste de travail pour effectuer une formation de reconversion. Pour être éligible au CPF de transition, quelques conditions doivent être respectées : 

  • L’absence du salarié ne doit pas porter atteinte au bon fonctionnement de l’entreprise et doit être en accord avec l’employeur ;
  • Le bénéficiaire doit pouvoir justifier de deux ans d’activités en tant que salarié dont une année dans la même entreprise. 

Une autre alternative pour se reconvertir en étant salarié est la formation en ligne. À l’heure de la digitalisation, les formations à distance permettent de se former malgré les obligations personnelles de chacun. 

Le bilan de compétences en vue d’une reconversion 

Idéal pour les personnes souhaitant changer de métier sans avoir d’idées précises, le bilan de compétencesa ses avantages. Il permet de faire le point sur sa carrière, et de faire ressortir ses compétences, motivations et aptitudes. 

Il peut se dérouler en dehors de son temps de travail pendant une période de congé de Bilan de compétences. Certaines conditions sont requises pour les salariés désirant faire un bilan pendant leur activité professionnelle : 

  • Salarié en CDD : Justifier de 2 années de salariat au cours des 5 dernières années, qu’elles soient consécutives ou non, dont 4 mois au cours de la dernière année ; 
  • Salarié en CDI : Justifier de 5 années de salariat, qu’elles soient consécutives ou non, dont une année complète au sein de l’entreprise actuelle.  

Le bilan de compétences s’effectue en 3 étapes : 

  • Entretien individuel afin de définir les besoins du bénéficiaire et l’informer du déroulement du bilan ; 
  • Phase d’investigation permettant l’analyse des compétences du salarié par le biais de différents tests de personnalité ou d’orientation professionnelle ; 
  • Conclusion avec la remise d’une synthèse reprenant votre projet étape par étape. 

Le prix d’un bilan de compétences peut paraître excessif (entre 1 500 et 2 000 €). La bonne nouvelle, c’est qu’il entre dans le cadre du CPF. Il est donc finançable. Si vous n’avez pas assez cumulé sur votre compte CPF, il est possible de faire une demande auprès du FONGECIF. Si votre dossier est retenu, le FONGECIF peut prendre en charge les frais du bilan partiellement ou intégralement. 



Laisser un commentaire